Trois habitudes de conduite hivernale dangereuses




Faire une promenade dans un décor hivernal féerique peut sembler plaisant, mais on ne peut pas en dire autant lorsqu’il s’agit de la conduite automobile. En effet, conduire dans les conditions hivernales québécoises peut être difficile pour votre véhicule, mais se pourrait-il que vos habitudes contribuent à l’empirer?

Selon Aline Albert, experte en entretien automobile chez OK Pneus, « Sans le réaliser, plusieurs automobilistes prennent des habitudes qui peuvent entraîner des dommages à long terme à leur véhicule et mettre en danger les autres automobilistes et eux-mêmes. » « Une bonne visibilité est essentielle et l’entretien des lames d’essuie-glaces est souvent négligé. On devrait les remplacer au moins une fois par année, parfois plus souvent selon le climat, surtout au Québec en raison de l’usure générée par les conditions hivernales».

Voici trois des pires habitudes de conduite hivernale que vous devez changer immédiatement.

Laisser de la neige sur le véhicule.

Déneiger votre véhicule quand il fait très froid n’est pas plaisant, mais ne pas le faire peut être dangereux pour vous et pour les autres automobilistes. Quand votre véhicule accélère, la neige et la glace sur le toit peuvent glisser sur votre pare-brise et vous obstruer la vue. Elles peuvent aussi être soufflées sur le véhicule d’autres automobilistes, obstruant ainsi leur vue temporairement ou endommageant leur véhicule. Vous n’êtes pas encore convaincu? Dans certaines provinces, vous pouvez recevoir une lourde amende si la neige sur votre véhicule n’est pas enlevée adéquatement.

Freiner à la dernière minute.

Bien que freiner à la dernière minute ne soit jamais une bonne idée, quand on ajoute des conditions routières mouillées et glacées, cela peut mener à un désastre. Freiner fort régulièrement peut augmenter l’usure du système de freinage et peut également nuire aux composants de la direction et aux coussinets (Bearings). Conduire prudemment et garder une plus grande distance entre les véhicules réduira le besoin d’avoir à freiner brusquement, évitant ainsi une perte de contrôle possible ou même un accrochage.

Retarder le changement de pneus.

Attendre aux derniers moments pour passer aux pneus d’hiver ou quatre saisons est l’une des décisions les plus risquées que vous puissiez prendre quand on parle de conduite d’hivernal. Quand la température moyenne passe sous la barre des 7 degrés Celsius, c’est le moment de faire le changement. Les pneus quatre saisons sont de plus en plus populaires, car leur flexibilité et leur conception s’adaptent à un éventail de conditions climatiques. Les automobilistes qui choisissent les pneus quatre saisons plutôt que les pneus d’hiver traditionnels n’ont pas à se soucier de l’entreposage d’un deuxième jeu de pneus ou des changements de pneus saisonniers. Ceci dit, les pneus d’hiver sont munis de 2 à 3 fois plus de lamelles (fentes dans le caoutchouc) que les pneus quatre saisons conventionnels, offrant ainsi des centaines de rebords mordants supplémentaires pour une meilleure adhérence. Consulter un spécialiste pour déterminer le meilleur choix qui correspond à vos besoins.

Pour plus d’information, allez à okpneus.com.

L’Edition Nouvelles

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire