Votre taille nuit-elle à votre santé?




De nouvelles recherches indiquent qu’être petit pourrait bien avoir un côté positif. Une étude publiée dans une revue sur la santé cardiovasculaire établit en effet des liens entre le risque de thrombose et la grandeur d’une personne, les plus grandes étant exposées à un risque accru.

On connaît relativement peu de choses sur la formation de caillots (également connu sous le terme médical de « thrombose ») qui est pourtant une affection courante. Dans le monde, une personne sur quatre décède d’une maladie causée par l’accumulation de caillots. La thrombose est causée par la formation d’un caillot qui se produit souvent dans les veines situées en profondeur des muscles de la jambe (et qu’on appelle « thrombose veineuse profonde »). Ce caillot peut se détacher et aller se loger dans les poumons, et causer ainsi des problèmes respiratoires potentiellement graves.

Si le fait d’être grand est un indice qui laisse prévoir la présence de cette affection, d’autres facteurs contribuent également à en augmenter le risque. L’obésité, le cancer et le sédentarisme sont des facteurs de risque accru de formation de caillots. Il est donc important de connaître les risques, car de nombreuses personnes, en particulier celles qui sont hospitalisées, présentent peu ou pas de symptômes jusqu’à ce que des complications potentiellement mortelles surviennent.

Le fait d’avoir un rythme cardiaque irrégulier (fibrillation auriculaire) constitue un autre facteur de risque de thrombose. Les risques sont encore plus élevés si la personne consomme de l’alcool, est obèse ou a une maladie cardiaque, ou si elle fait de l’hypertension artérielle ou souffre d’une autre maladie chronique telle que l’apnée du sommeil.

Si vous êtes plutôt grand ou si vous présentez l’un de ces facteurs de risque, il y a heureusement des mesures à prendre pour réduire vos probabilités. Demandez à votre médecin si vous êtes à risque et obtenez une évaluation de votre état de santé.

Pour obtenir davantage de renseignements, consultez le site thrombosecanada.ca

Source: L’Edition Nouvelles

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire