Rester en bonne santé pendant les Fêtes




À l’approche de la période des Fêtes, les activités sociales (telles que les soirées de bureau et les visites familiales) et les préparatifs remplissent vite le calendrier. L’enthousiasme en arrive presque à nous couper le souffle. Mais que faire si cet essoufflement vous empêche de profiter de ces moments, voire même d’y assister?

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) cause des symptômes comme l’essoufflement, la toux chronique et la sécrétion de mucus. Elle touche plus de 750 000 Canadiens, dont 200 000 Québécois. Les personnes atteintes de MPOC ont de la difficulté à respirer car la quantité d’air passant dans leurs voies respiratoires est réduite. Pendant les périodes où l’on est très occupé, il peut être difficile de remarquer un début d’essoufflement, jusqu’au jour où des activités simples, comme monter quelques marches ou prendre une douche, deviennent difficiles à effectuer.

Il est important que les patients atteints de MPOC surveillent leur respiration afin de remarquer les changements. L’aggravation des symptômes peut entraîner des complications ultérieures ainsi que des exacerbations, aussi connues sous le nom d’attaques pulmonaires. Ces attaques peuvent se produire en cas d’aggravation des symptômes ou d’apparition de nouveaux symptômes persistants. Ces symptômes peuvent être suffisamment graves pour nécessiter une modification de traitement ou une hospitalisation. Si vous ou l’un de vos proches avez une attaque pulmonaire plus d’une fois par an, cela signifie que la maladie pourrait être mieux prise en charge.

Vivre avec la MPOC ne devrait pas signifier qu’il faut accepter ces symptômes. En effet, les accepter pourrait entraîner un cercle vicieux d’inactivité et de dépression qui affecteront encore davantage votre qualité de vie. Ne laissez pas la MPOC vous limiter. Différentes options ainsi que du soutien peuvent vous aider à prendre en charge et à maîtriser votre santé respiratoire. Engagez-vous à consulter votre médecin afin de mieux respirer pendant l’hiver. Il existe de meilleurs traitements pour vous aider à mieux respirer.

L’Edition Nouvelles

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire