Plus du quart des Canadiens souhaitent conserver leur permis de conduire au-delà de 85 ans




Les baby-boomers canadiens vieillissant, il y a de plus en plus de conducteurs âgés sur nos routes. Les données du recensement de 2016 réalisé par Statistique Canada indiquent que pour la première fois, les Canadiens de 65 ans et plus surpassent ceux de 14 ans et moins. Donc, de plus en plus de gens devront discuter avec leurs parents ou leurs proches âgés à propos de la possibilité de renoncer à leur permis de conduire.

Lors d’un récent sondage de State Farm Canada un répondant sur dix a mentionné avoir été impliqué dans une collision avec un aîné. Bien que 94 % des gens interrogés croient qu’il faudrait parler aux membres de leur famille âgés pour les inciter à renoncer à leur permis s’ils craignent pour leur sécurité et celle des autres usagers de la route, seuls 2 % des aînés affirment avoir eu cette conversation avec un de leurs proches.

Dans un rapport publié en 2011, Transports Canada précise que les conducteurs de 65 ans et plus représentent 17 % des décès, même s’ils ne constituent en fait que 14 % des détenteurs de permis1. Le taux de mortalité par kilomètre parcouru augmente considérablement à partir de 75 ans. En effet, en vieillissant, les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir de problèmes physiques et cognitifs.

« Les Canadiens sont déchirés entre la sécurité routière et l’autonomie associée à la possession d’une voiture, mentionne John Bordignon, responsable des relations publiques chez State Farm Canada. Ce sont des discussions extrêmement difficiles pour les familles. Lorsqu’une personne est jugée inapte à conduire, elle perd subitement son indépendance. Pour assurer une transition harmonieuse, il est important que les familles en discutent de manière constructive assez tôt avec la personne concernée et qu’elles explorent ensemble les autres avenues en matière de transports. »

Des conversations délicates
Seulement 33 % des répondants au sondage de State Farm Canada ont déclaré avoir eu une conversation avec un membre de leur famille âgé à propos de préoccupations liées à la sécurité, mais ces discussions ne se déroulent pas sans heurts. 

Les personnes âgées invitées par un membre de leur famille à renoncer à leur permis de conduire ont été réticentes à le faire selon près de 80 % des répondants, qui ont affirmé avoir eu cette discussion. 

Lorsqu’on a demandé aux personnes âgées ce qui les empêchait de renoncer à leur permis de conduire, 74 % ont mentionné la perte d’autonomie, 12 % l’incapacité de détecter les signes avant-coureurs de la perte des habiletés requises pour conduire, 6 % le manque de transports publics et 4 % le coût des taxis.

L’âge : un facteur déterminant
Selon une étude réalisée en 2016 par la Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada, les conducteurs de 65 ans et plus sont plus susceptibles d’être impliqués dans des accidents. La fréquence augmente davantage à compter de 80 ans2. Cette statistique s’explique en partie par le fait que les aînés sont plus fragiles et ont moins de chances de survivre à un accident grave que les conducteurs plus jeunes. Le temps de réaction et la mobilité des conducteurs de 65 ans et plus sont également en déclin et ils peuvent être affectés par les maladies cardiaques, la perte d’acuité visuelle, la démence et les effets secondaires de médicaments d’ordonnance.

« Lorsque nous examinons les faits, il est clair que les conducteurs plus âgés sont plus souvent impliqués dans des accidents graves et mortels en raison d’une variété de facteurs liés à leur âge, explique Ward Vanlaar, chef de l’exploitation de la Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada. L’une des avenues à envisager consiste à cibler les problèmes de santé qui touchent la capacité de conduire et à discuter des solutions de rechange avec les membres de la famille. S’assurer qu’un aîné peut conduire en toute sécurité aura des retombées positives sur sa qualité de vie, mais il peut arriver qu’il soit plus sécuritaire de laisser quelqu’un d’autre prendre le volant pour lui. »

Accrocher les clés
Le sondage de State Farm Canada indique que les aînés canadiens sont réticents à abandonner leurs clés, 26 % d’entre eux désirant conserver leur permis après 85 ans.

Lorsque le moment est finalement arrivé, quels sont les facteurs qui inciteraient les personnes âgées à abandonner leur permis? Selon les répondants de 65 ans et plus, les trois principaux arguments sont les recommandations d’un professionnel de la santé (94 %), les inquiétudes des parents et amis (27 %) et une collision (14 %).


TRANSPORTS CANADA, Sécurité routière au Canada https://www.tc.gc.ca/media/documents/securiteroutiere/tp15145f.pdf.

FONDATION DE RECHERCHES SUR LES BLESSURES DE LA ROUTE AU CANADA, Traffic Injury Research Foundation, http://tirf.ca/wp-content/uploads/2017/01/The-Role-of-Driver-Age-in-Fatally-Injured-Drivers-2000-2013-13.pdf.

SOURCE: State Farm (Le sondage a été réalisé en ligne en mars 2017 auprès de 3 581 répondants en âge de conduire dans l’ensemble du pays.)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire